RANDO MULET

Récits de voyages et randonnées diverses avec un mulet:UN VRAI MULET

Itinéraire d’un mulet en Vermandois,

 

« Sire, je suis bien aise que votre amour si ardent avec madame de La Vallière vous ait donné ce fils pourtant légitimé. » Louis de Bourbon est de nos jours le plus connu, mais bien le dernier des comtes de Vermandois. Il reçut ce titre de comte ainsi que la charge d’amiral de France à l’âge de 5 ans, ce qui permit à Louis XIV de garder la maîtrise de la marine pendant de nombreuses années.

Mais qu’allait donc faire un mulet dans cette région située entre la Somme et l’Aisne ?

Pour vous situer le Vermandois...
pout mieux y voir!

 

Circuit en Étoile, pour l’étoile de Martin.

Bien avant le premier confinement j’avais envisagé puis promis à Juliette, de venir avec Mario dans son pays afin de participer à une action contre les cancers de l’enfant sous les couleurs de l’association l’Étoile de Martin.

mulet en recherche contre les cancers de l'enfant
Mario avec SA "tirelire étoilée"

L’organisation fut rondement menée et une date choisie : entre le 2 et 6 mai 2022. Pour faciliter la déambulation dans les bourgades du Vermandois, la randonnée ‘’ en étoile’’ en étoile de Martin, bien sûr, est adoptée .

Mulet au paddock
Mario chez Juliette et Arnaud

Ainsi, nous allons de village en village mais en rentrant chaque soir par covoiturage à Vraignes-en-Vermandois, le mulet quant à lui, reste sur l’étape du jour pour y passer la nuit.

le mulet à l'enfant
total émerveillement!

Juliette a souhaité que cette marche s’inscrive dans une démarche éco-responsable où chacun participe au respect de l’environnement, se déplaçant à pied, en ramassant les déchets rencontrés sur les chemins : c’est ainsi que nombre d’entre nous munis de gants et de sacs courbèrent l’échine en signe de respect environnemental pour rendre les berges plus propres.

Contrairement aux randonnées précédentes, je n’ai pas pu envoyer depuis mon téléphone « ma prose du soir» au motif (dixit orange) que le service n’est pas activé sur le réseau, Comprendre : trop de messages groupés envoyés depuis mon appareil !!!

Bref, cette frustration mal acceptée et surtout une fatigue cumulée puis ponctuelle m’ont obligé à stopper la randonnée sur une journée le temps de me revigorer un tantinet.

Aujourd'hui mardi, journée dense même si les kms sont raisonnables.

la mairie de Vraignes-en-Vermandois.

le matin départ de la mairie de Vraignes avec café et madeleines comme pour s’en souvenir.. ! puis une visite pédagogique à l'école de Bernes avec les immanquables caresses des enfants sur le museau de Mario, évidemment !

La Boite à cailloux.

indication "à l'ancienne"

Puis, petit détour pour aller voir la " boîte à cailloux" à Hesbecourt, haut lieu du protestantisme après la révocation de l'édit de Nantes. Monsieur le Maire, féru d’histoires locales nous a instruit sur ce lieu historique en nous offrant collation et breuvages pour nous désaltérer à souhait.

la stèle commémorative.

Pour atteindre  la boite à cailloux il faut emprunter un long chemin de terre et de marne pour enfin accéder près de la stèle construite en briques. Celle ci évoque les prêches du pasteur huguenot Givry, lors de ces assemblées du déserts qui rassemblaient « sous le manteau » les fidèles souhaitant en ces années de persécution de leur religion par la monarchie absolue, célébrer leur culte  dans la clandestinité après la révocation de l’édit de Nantes en 1685.

L’origine de la dénomination du lieu est hypothétique et certains exégètes se plaisent à penser que chaque fidèle qui assistait à cette assemblée du désert venait y déposer un caillou ou une pierre. D'autres, plus prosaïques, estiment que le lieu était probablement une ancienne carrière de pierre( silex).

Fin du parcours à Roisel où les enfants de la médiathèque attendent Mario :

présentation de l'hybride, évocation de la bonne santé du corps, lecture d'un conte et sempiternelle "pirouette, cacahuète"chantée et jouée pour le bonheur enfantin.
Pour toutes ces rencontres, ce fût  un Jour béni, d’autant que cette randonnée s’est déroulée sous la bénédiction du père Daniel qui évoquait alors les pèlerins d’Emmaüs en référence à notre cheminement.

 

 

Cette nuit, Mario a dormi sur la pelouse de la médiathèque et dès potron-minet a reçu la visite matinale des enfants fréquentant la halte garderie.

A la médiathèque, même les pitchounettes sont là!

Juste le temps d’habiller l’olibrius, comme diraient les citadins - je dirais, quant à moi que nous avons simplement bâté le mulet, ce qui est plus conforme à la gente mulassière- et nous voici, alors que sonnent huit heures au clocher de l’église, sur le perron de la mairie de Roisel où là encore un petit café-mignon nous est offert. Quelques randonneurs se joignent à nous, formant un gentil groupe emmené par Mario.

Le groupe initial est composé de Juliette, Anne, Christine, Olga et Guillaume, parfois d’Arnaud et Alice . Aujourd’hui le chemin nous conduit à Péronne en suivant la voie verte, bien entretenue et accessible aux chevaux sous réserve qu’ils ne fassent pas les zèbres. Mario quant à lui se délecte des herbes folles qui jalonnent la piste et je remarque qu’il est souvent indiscipliné lorsque mes amis le dirige: il en profite le bougre !

A Moyenpont : j’y crois ou pas ?


 Sur le parcours de cette ancienne voie ferrée, de l’autre côté de la rivière de La Cologne, dans un vallon herbeux on découvre la chapelle dédiée à notre Dame de Moyenpont .

la chapelle de Moyenpont

Cet oratoire vaut également le détour et nous avons eu la chance d’en connaître les plus fins détails grâce à madame Ginette : l’une  des randonneuses s’étant jointe à notre marche lors de notre départ de Roisel.

Dame ginette nous le fait à la guitare!

En deux mots, cet édifice connu une longue période de vie religieuse profonde des environs de 1625 à la révolution. La tradition dit qu’un berger trouva une statue de la vierge dont on ne sait d’où elle venait. C’est sur le lieu de cette intéressante trouvaille que fût établie un humble sanctuaire primitif  construit en bois. Ce n’est qu’en 1550 qu’un édifice plus confortable fut construit en pierre. D’où venait cette statue ? Hein ? On peut estimer que beaucoup de statues trouvées sur notre territoire proviennent d’anciens sanctuaires pillés ou détruits au moments d’invasions ou même pour les plus anciennes, avant la christianisation de la Gaule, et représentant des déesses « païennes »que la piété de nos ancêtres a christianisé en y voyant des images de la vierge Marie.

Je n’entreprendrai pas ici de redire tous les « miracles »que la tradition nous a transmis : cela allongerait démesurément notre récit. Je ne souhaite pas toutefois passer sous silence un fait particulièrement curieux : la résurrection d’un enfant mort-né, afin que celui-ci puisse recevoir le  baptême. Puis une fois le sacrement reçu à notre Dame de Moyenpont, l’enfant après avoir vécu encore quelques minutes ne donna plus signe de vie…
Les pèlerins venaient de partout, des villages environnants et des villes proches comme saint Quentin, Cambrai, Noyon, Compiègne et particulièrement de Péronne à tel point qu’aux jours des guerres, la statue  était transportée dans la forteresse.

Attachante halte-garderie
Ce mercredi point d’école mais la halte garderie de Tincourt-Boucly fonctionne et nous accueille avec des enfants en délire de voir Mario, de lui parler, de lui caresser le museau.

mulet avec les enfants du centre aéré
L'animatrice du centre aéré

L’animatrice est venue à notre rencontre en compagnie d’une quinzaine de privilégiés et a fondé tout son travail pédagogique et ludique (comme on ne l’exprime pas aux épreuves du Bac de français 2022) autour du bien être et de la santé de chacun et de la rencontre avec le mulet qui je dois l’avouer n’en croit pas ses grandes oreilles et qui je vous l’assure se donne en spectacle en redoublant ses pets tonitruants, ce qui fait beaucoup rire les enfants. Je sais que Mario sous des faux airs placides et flegmatiques est en fait un fin psychologue pourvu d’un intellectualisme débordant à la manière de nos plus fins politiciens avides de se faire valoir aux yeux des benêts. Mario sait parfaitement saisir l’instant ou il doit se faire remarquer en entrant littéralement en scène pour séduire et charmer encore : n’est pas mulet qui veut !

 

Le jogging fluo ? J’adore !
Les enfants ont offert des dessins et ont bien naturellement chanté, pirouette cacahuète. Ils se sont  assis en demi cercle devant Mario et j’ai bien vu un homme en  jogging bleu fluo très moulant essayant de chanter avec eux. Bizarre qu’un grand dadais, un peu échalas se laisse aller à s’offrir ainsi en spectacle. Faut dire que je l’avais un peu remarqué depuis Roisel dans sa tenue d’adolescent parlant sans cesse à son téléphone et peu soucieux des gens du groupe. Souhaitant connaître l’identité de ce personnage, j’interroge Mario qui se met dans la réserve, et c’est Madeleine qui me donne aussitôt  l’information à voix basse ; « Chut...c’est  le député de ma circonscription, je pense qu’il s’est joint à cette marche et qu’il est déjà en campagne ! » Par curiosité, je me renseignerai plus tard sur la reconduction de son mandat…Chut...

 

Une purée de fruits fatiguée, triste sort !
Ayant bu la veille un fond de jus de fruit vraisemblablement altéré, je ne pouvais plus poursuivre avec aisance le cheminement et laissais à mes 2 co-muletiers  le soin de rejoindre l’étape de Péronne.
Le soir , Mario a dormi dans un pré, à Péronne, non loin de la demeure d’un ami  qui s’en va bientôt sur le chemin de Saint Jacques, en camping-car, je crois bien ! « Entre randonneurs on sait se rendre service… »
Ce matin là, mon empoisonnement de l’avant-veille me donnait encore quelques brumes vagabondes avant de rejoindre l’école du sacré cœur en passant par les anciennes fortifications de la ville. L’air frais du matin me vivifie et Mario n’arrête pas de me pousser le coude avec son museau, comme pour me dire que tout va aller mieux. On dit souvent que les animaux sentent les situations et sont capables d’empathie; je crois maintenant que c’est un peu vrai.

 

Un sacré exercice !
La grande porte de l’école s’ouvre devant nous et nous rentrons dans la grande cour où nous attendent de nombreux enfants. Tous s’installent devant le mulet en demi cercle comme on le fait chaque fois lorsque nous faisons une animation dans une école. Mais voilà que d’autres classes arrivent et s’installent sur la cour, et d’autres encore s’agglutinent dans un brouhaha pourtant bien sympathique.

On m’apporte un micro que je décline par fierté dans un premier temps souhaitant pouvoir disposer de mes deux bras pour imager mon propos. Très vite devant la densité de ce grand groupe dissipé, je prends le micro pour poursuivre un exposé difficile durant lequel à mon grand désarrois aucun enseignant et accompagnateur n’use de son autorité pour faire cesser ce presque chahut.

Prenant sur moi, j’utilise des stratagèmes de vieux pédagogue pour faciliter l’écoute de ce très nombreux public néanmoins  enchanté d’être en récréation muletière.

 

Que Marianne était jolie !

A Eterpigny, petit village en bordure du canal de la Somme, Nicolas le bon maire ( à la manière de notre bon Maître Vendéen) venant à notre rencontre nous offre un café revigorant dans l’unique pièce de sa minuscule mairie d’où  le buste de Marianne s’est absenté un moment.

S’ensuit une discussion fort instructive sur la mise en gabarit de ce canal reliant le canal du nord à La Manche : inquiétude sur l’emprise, l’effet économique, environnemental et écologique. Impressionné par la haute stature de Mario, Nicolas me dit qu’il se porterait bien acquéreur de ce beau mulet si celui-ci devait renoncer à ses escapades territoriales. Plongé dans mes réflexions d’après-vagabondage, j’ai marché sans vraiment voir ce paysage verdoyant mêlé d’eau et de nuages qui ne cessent de se mirer en éblouissant les oiseaux qui plongent autour des deux pêcheurs assis sur leur minuscules pliants de toile et qui  s’interpellent bruyamment  de part et d’autre de la berge. Il est midi maintenant et la petite troupe est déjà installée à Briost sur la table de pique nique posée au bord de l’eau. Mario est à l’attache, à l’abri du soleil sous un frêne et se régale puis réjoui et goulu, reste immobile le cul au vent.

La maison de retraite.
Le temps est lourd, très lourd et les pensionnaires de la maison de retraite de Sainte Radegonde sont bien heureux de nous faire partager le goûter et les jus de fruits, puis comme à l’habitude certains découvrent le mulet et ses parcours à travers la France avant de m’interroger sur le sens de notre démarche. La mémoire primitive  fait resurgir le travail de la terre avec les chevaux du temps où plus jeunes ils travaillaient aux champs.

Leur émotion bienfaisante traverse alors notre cœur en une communion généreuse.

Ce soir là , Mario profite de la prairie de Jean Pierre, éleveur et entraîneur de  chevaux au palmarès impressionnant, faisant rêver Mario, premier mulet  champion de vitesse à Enghien ou Vincennes ?

Entre chouquettes et mouflets

Mario et les enfants
Mario est un aimant qui attire


Ce matin, cela devient une bonne habitude nous sommes attendus par Alain le bon maire d’Athie pour partager un copieux petit déjeuner. Un festin devant la mairie où passent de très nombreux tracteurs avec des remorques chargées  d’ensilage se rendant vraisemblablement vers une usine de méthanisation.

Au moment de reprendre encore un de ces sublimes choux, Alain le maire termine son compliment sur notre démarche caritative, alors qu’arrive le car scolaire avec une classe de CE1 se rendant au  Gymnase.

Stupéfaction, émerveillement, commentaires divers , interpellations étonnées face au mulet qui leur barre le trottoir. La maîtresse a aussitôt saisit cette opportunité pour favoriser un échange pédagogique autour de la gente animale, du mulet en particulier et des maladies infantiles . Tout naturellement après ce partage vif et attentif, la « cérémonie » de caresses s’est déroulée dans un solennité joyeuse où chacun esquisse sa joie d’approcher ‘’pour de vrai ‘’ un tel animal de légende.

Plus tard, à Monchy-Lagache le regroupement pédagogique de sept communes  nous accueille. Exercice difficile à 11h 50 pour retenir l’attention de tous ces enfants face à un mulet et à la maladie... Avec Juliette, Anne, Christine, Guillaume et Mario nous avons fait de notre mieux …

Le cimetière abandonnée.

L’Omignon musarde entre Trefcon et Caulaincourt, avec son cortège d’étangs et de bois. Après l’étang de Caulaincourt, ce circuit tranquille et ombragé rejoint les ruines de l’église Saint-Martin-des-Prés et le cimetière aux pierres tombales ancestrales. La forêt est dense. Au détour du chemin, surgit un caveau blanc. L’atmosphère irréelle fait remonter à la surface de vagues souvenirs de films de Harry Potter ou de Dracula. 

Drôle de vision!

Des murs en ruine, des tombes éventrées par les grosses racines des aulnes, un chaos laissant deviner la majesté de l’église dont un seul pan de mur résiste encore à l’assaut de la nature. Sur l’un d’entre eux, on devine le porche ainsi que la rosace. Plus loin, un ultime vestige du transept émerge d’un chaos rocheux.


Il y a quelques décennies, un chantier de jeunes a procédé au débroussaillage du site, peine perdue. Infiniment patiente et souvent victorieuse, la nature a déjà fait oublier ce louable effort. Dernièrement le réalisateur Yann Samuel (la guerre des boutons) a tourné dans ce lieu « la guerre des Lulus » qui raconte l’histoire de 4 enfants qui pendant la guerre de 14 s’enfuient de leur orphelinat pour tenter de rejoindre la Suisse.

vestiges

 

Tertry : un si petit village, et pourtant !
A la mort de Clovis en 511, le royaume des mérovingiens a été divisé entre ses quatre fils et s’en suivirent près de 200 ans de guerres internes.

C’est vers 685 que ses descendants Thierry III, roi de Neustrie( nord-ouest de la France actuelle)  et Pépin d’Heristal, maire du palais d’Austrasie et père du légendaire Charles Martel (royaume Franc recouvrant notamment le nord-est de la France actuelle) se livrèrent bataille, ici à Tertry . C‘est ainsi que Pépin, le vainqueur unissait les deux royaumes.

L’ancienne et si petite prison de Tertry !
Gérard, le bon maire de Tertry après nous avoir fait visiter la nouvelle église reconstruite après les destructions de la grande guerre nous emmène nonchalamment vers le local de services des la mairie, situé au contrebas de la cour centrale du village. C’est dans cette pièce, aujourd’hui réhabilitée en entrepôt, qu’existait il y a encore peu de temps une prison : non pas une prison d’état mais bien une cellule de dégrisement pour calmer l’ardeur de quelques fêtards abusant par exemple de la dive bouteille : sans modération ! Une sorte de garde à vue d’abord paroissiale puis communale avant l’heure, organisée comme il se doit par le garde champêtre qui ne jouait pas seulement du tambour...

 

Pour terminer ce périple engagé et solidaire nous sommes une fois encore guidés  vers Vraignes par Mario qui lui aussi ne joue pas seulement du tambour. A la manière des BD de Goscinny et Uderzo cette marche humanitaire se termine par un festin dînatoire après la visite du jardin Remarquable de Martine en compagnie des nombreux acteurs de ce beau voyage en Vermandois.

un jardin remarquable!

 

                                 

   Jean, du Pré de Bas Fer, en Mai 2022

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Merci pour ce récit, tu fais beaucoup de bien aux plus jeunes comme aux plus âgés ! Sandrine
Répondre